Actualités
4 septembre 2018

Voir de près, voir loin

Alors que doit s’ouvrir le débat sur la prise en charge de la perte d’autonomie sous l’égide de la ministre et qu’une loi sur le financement de la dépendance est attendue pour 2019, il est évidemment indispensable de saisir l’opportunité offerte par la période pour porter les plus ambitieuses propositions quant au cadre général politique et économique de l’aide à domicile. Mais ce serait une erreur de le faire à partir d’une approche trop comptable ou dans une sphère institutionnelle déconnectée des réalités de terrain. Car, autant sécuriser le bouclage macro-économique du secteur est assurément une priorité, autant rentrer dans la boite noire de l’organisation d’un SAAD l’est tout autant.

Pourquoi ? D’abord parce que tout l’intérêt du métier réside dans des relations humaines de proximité. Ensuite, parce qu’il existe une très grande variété de SAAD et qu’à contrainte financière égale, l’organisation et le management changent beaucoup de choses. C’est pourquoi, nous avons voulu dans ce numéro souligner les grands enjeux organisationnels que rencontrent les services d’aide à domicile et également donner la parole à une dirigeante, Dafna Mouchenik, qui témoigne des réalités auxquelles sont confrontés les directeurs de structure.

Mais être proche du terrain est aussi une ligne de conduite qui gagnerait à s’appliquer à tous, y compris à la presse, donc à nous. Ainsi, à partir de cette rentrée, vous trouverez régulièrement dans ces colonnes des tribunes et portraits d’acteurs opérationnels du secteur, en plus du décryptage de l’actualité et de l’analyse des grands sujets de fond. C’est également ainsi qu’ont été conçues nos assises 2018, avec pas moins de six ateliers abordant avec des acteurs de terrain, des sujets à la fois concrets et centraux pour les SAAD : l’organisation, la technologie, la prévention, la QVT, les CPOM et l’intégration aide et soin.

Et être proche des réalités n’est pas incompatible avec une autre nécessité, celle de conduire une réflexion prospective, par exemple sur le vieillissement de la population : qui seront les personnes âgées dans 10-15 ans ? Quels seront leurs besoins ? Où et comment vivront-elles ? Et… comment tout cela sera financé ? Sans évidemment prétendre apporter de réponse définitive à ces questions, nous les examinerons avec une batterie d’experts – et avec vous – lors de la dernière demi-journée de nos assises. Des assises que nous avons voulu aussi complètes que possible dans leur programme et nous l’espérons, dans la qualité des échanges. Des assises auxquelles nous vous attendons évidemment très nombreux, peut-être plus encore que les années précédentes, étant donné l’urgence de défendre collectivement auprès des pouvoirs publics les grandes priorités du secteur.

Patrick Haddad
Rédacteur du Journal du domicile


À LIRE AUSSI
Partager cet article

Retour aux actualités