Actualités
5 juin 2019

Vers un big bang du secteur associatif ?

Sans que tout cela soit clairement formalisé, le monde associatif tente aujourd’hui de se définir un avenir. Une série de signaux, encore imperceptibles, semble montrer que le secteur privé non lucratif est à la veille de grandes manœuvres, notamment sous l’impulsion des bailleurs sociaux qui possèdent une part importante du parc immobilier des Ehpad associatifs.

Le secteur commercial a opéré sa mue tout au long des 20 dernières années en opérant regroupements, rachats et fusions permettant de créer des géants européens. Aujourd’hui plus de 75% des lits d’Ehpad commerciaux sont gérés par l’un des 20 principaux groupes français. Le secteur public, très atomisé, est en train – nous l’avons vu dans le reportage du mois dernier consacré aux directeurs d’Ehpad publics – de se regrouper via la constitution de GCSMS liant les Ehpad publics d’un département (Hauts de Seine, Seine Saint Denis, Loir-et-Cher…). Qu’en est-il alors du secteur à but non lucratif dans ce contexte ?

Les 3 caractéristiques du secteur associatif

Le secteur associatif possède aujourd’hui trois caractéristiques qu’il convient d’avoir à l’esprit pour comprendre comment il peut, demain, évoluer.
Il est d’abord très atomisé. Les 5 premiers opérateurs associatifs d’établissements pour personnes âgées concentrent à eux seuls 20.000 lits (sur les 140.000 que compte le secteur associatif) quand les 5 premiers opérateurs commerciaux comptent plus de 70.000 lits !

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités