Actualités
13 novembre 2012

Une nouvelle mission sur les médicaments en Ehpad

Lors des 10es Assises nationales du médecin coordonnateur, ce mardi, Michèle Delaunay, la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, a confirmé l’arrêt de l’expérimentation de réintégration des médicaments dans le forfait soins des Ehpad. Mais elle a aussi annoncé une nouvelle mission sur le médicament en Ehpad, avec la nomination prochaine d’un « Monsieur médicaments ».

« La question du médicament nous préoccupe tous, c’est un sujet majeur, un sujet difficile. » Un sujet difficile que Michèle Delaunay, ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie, a décidé de continuer à travailler, malgré l’arrêt de l’expérimentation de réintégration du médicament dans le forfait soins des Ehpad (lire « Dépendance, le débat » de la semaine dernière).

Elle a en effet annoncé, aux presque 400 médecins coordonnateurs réunis aux 10es Assises nationales des médecins coordonnateurs, le 6 novembre, « une mission » et la nomination d’un nouveau « Monsieur médicament », chargé « de définir des points de bonnes pratiques ». En gros, de capitaliser sur les données de l’expérimentation, qui a duré 3 ans, quand même, et qui, même si elle n’a pas été concluante, a généré un grand nombre de renseignements. D’ailleurs, l’Igas Michel Thierry, l’actuel « Monsieur médicament », qui a repris le suivi de l’expérimentation en octobre dernier, et qui vient d’achever son rapport sur le sujet, a donné quelques éléments très intéressants, lors de ces mêmes Assises. Ainsi, les Ehpad expérimentateurs ont une consommation globale de médicaments plus importante que les autres… mais pour un coût moins élevé. Ils consomment 7,56 molécules par résident et par jour, contre 6,67 pour l’échantillon miroir d’établissements non expérimentateurs, mais leur dépense moyenne de médicaments stricto sensu s’élève à 4,65 euros par jour et par résident, contre 4,87 euros pour les autres Ehpad. Selon Michel Thierry, cette différence s’explique sans doute par un « effet prix », c’est-à-dire une plus grande capacité des Ehpad expérimentateurs à négocier les prix avec leur(s) pharmacien(s). Mais ce qui plombe les chiffres – et ce que regarde vraiment l’assurance maladie… – c’est la dépense globale, comprenant donc la rémunération du pharmacien référent, et avec cette rémunération, la dépense s’élève à 5 euros par jour et par résident. Pour autant, la création du pharmacien référent fait largement consensus.

Autre donnée intéressante relevée par Michel Thierry : quand les Ehpad expérimentateurs sont en tarif global, ils dépensent moins : 4,42 euros par jour et par résident (hors rémunération du pharmacien référent), contre, donc 4,87 euros pour les autres Ehpad…

Plusieurs des recommandations de l’Igas ne sont pas, pour l’instant, suivies des faits ; Michel Thierry voulait une transition d’un an pour les Ehpad expérimentateurs, afin de leur laisser le temps de se réorganiser et surtout pour « capitaliser sur les bonnes pratiques ». Le gouvernement et le Parlement – à ce stade de l’examen du PLFSS 2013 – ont dit six mois. L’Igas propose aussi de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, et de laisser le choix aux Ehpad qui le souhaitent d’intégrer les médicaments dans leur forfait soins lorsqu’ils sont en tarif global – l’Igas, dans un autre rapport, avait conseillé de rouvrir le droit d’option tarif global / tarif partiel. Proposition rejetée par le gouvernement.

Compte-rendu complet des 10es Assises du médecin coordonnateur dans le prochain Journal du Médecin Coordonnateur. Pour vous abonner, c’est ici.

Crédit photo : Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie,
aux 10es Assises nationales du Médecin coordonnateur. © Patrick Dagonnot – EHPA Presse

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire