Actualités
3 janvier 2023

Une année marquée par la multiplication des crises

Alors que la crise sanitaire qui avait marqué les années 2020 et 2021 marquait le pas, l’année 2022 a été le théâtre d’autres crises aussi inattendues que dévastatrices telles que l’affaire «Orpéa - Les Fossoyeurs » ou la guerre en Ukraine et ses conséquences économiques. Le tout dans un contexte institutionnel marqué par le début d’un nouveau quinquennat et d’une nouvelle législature.

Retour sur les événements marquants de l’année 2022
24 janvier
La sortie des « bonnes feuilles » des Fossoyeurs
et début de « l’affaire Orpéa »

Difficile d’entamer cette rétrospective autrement que par cet après-midi du 24 janvier. L’édition du Monde sort en début d’après-midi. Y figure les « bonnes feuilles » d’un livre à paraître le mercredi suivant intitulé « les Fossoyeurs ». Et ces premiers extraits font l’effet d’une bombe : Victor Castanet, un journaliste dont personne alors ne connaît le nom, dénonce, après un travail méticuleux de plus de 3 années, les dérives du groupe Orpéa. L’auteur défend la thèse d’un « système » mis en place par le groupe Orpéa, un système qui, pour faire court, s’est donné l’objectif de réaliser les profits les plus importants quitte à le faire au détriment de la qualité voire parfois de l’éthique.

La déflagration est immédiate. Dans les jours et semaines qui suivent, les chaînes d’informations tournent en boucle en évoquant pêle-mêle maltraitance, faiblesse des contrôles et des inspections, légitimité du secteur commercial à gérer des Ehpad, remise en cause du dialogue social, pratique des « remises de fin d’année », rationnement supposé en nourriture et en produits d’incontinence. Plus les émissions de télé et de radio se consacrent à « l’affaire », plus la direction d’Orpéa dévoile une stratégie de défense et de communication suffisamment calamiteuse pour agacer tout le monde.

Le Gouvernement va réagir crescendo : Brigitte Bourguignon convoque les dirigeants du groupe, commande une enquête à l’IGAS et l’IGF avant que le Parlement à son tour ne se saisisse de l’affaire, l’Assemblée nationale en organisant des auditions, le Sénat en créant une commission d’enquête.

Le tumulte médiatique va tout emporter avec lui à commencer par la capacité de débattre sereinement de ces sujets.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire