Actualités
25 octobre 2019

Une ambiance crispante…

Alors que, suite au Rapport Libault, on allait voir ce qu’on allait voir, tout semble retomber à plat comme un soufflé. Est-il temps de commencer à s’en inquiéter ?

Où en est-on ? Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Pourquoi tout semble en stand-by ? Voici quelques-unes des questions qui taraudent les acteurs du secteur depuis la rentrée.

Car il faut bien l’avouer, à l’enthousiasme printanier post-rapport Libault a succédé une humeur automnale bien maussade. Pour une raison simple : plus personne ne comprend rien aux atermoiements de l’exécutif et, surtout, à la méthode qu’il souhaite employer pour arriver à bon port.

Après les déclarations d’amour, des preuves d’amour…

Certes, Edouard Philippe a indiqué en juin au Parlement que la loi Grand Âge serait un « grand marqueur social du quinquennat, peut-être le plus important ». Certes, Agnès Buzyn a indiqué de nouveau qu’un texte serait présenté en Conseil des Ministres avant la fin de l’année sans préciser s’il s’agirait du projet de loi lui-même ou d’une communication indiquant les grands axes d’une loi qui de toute façon ne sera pas débattue à l’Assemblée Nationale avant Avril-Mai.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités