Actualités
12 avril 2012

Un nouveau rôle pour les services à domicile ?

 

L’Agence nationale des services à la personne planche actuellement sur ce qu’elle appelle les « bouquets de services ». Où comment faire jouer aux structures d’aide à domicile un rôle d’offreur de services, certes, mais aussi de coordonnateur de l’offre d’un territoire, au plus près des besoins des personnes âgées. Explication. 

 

« Ensemblier : n.m. personne qui choisit et coordonne divers éléments d’un décor d’habitation » (dictionnaire Larousse). Et si les services à domicile jouaient ce rôle d’ensemblier, choisissaient et coordonnaient l’offre de services pour les personnes âgées, en fonction de leurs besoins, de leur environnement, de leurs envies ? C’est un peu l’idée de l’Agence nationale des services à la personne, avec ses bouquets de services. L’ANSP réfléchie en effet actuellement à mieux adapter l’offre à la demande, à travers « la combinaison permanente de services et d’activités », dixit Sabine Jeuch, responsable de l’action sociale de l’agence. En clair, l’ANSP a délimité, à ce stade de sa réflexion, trois types de bouquets, qui visent chacun un objectif général :

prévenir (pour renforcer notamment le lien social afin d’éviter la perte d’autonomie)

soutenir (pour encourager ce qui peut être fait avec la personne pour retarder la dépendance) ;

compenser (pour accompagner la personne en perte d’autonomie).

Chaque objectif général doit se traduire en objectifs spécifiques pour chaque personne, en fonction de son projet de vie et de trois dimensions :

le domicile (entretien du linge, ménage, etc.) ;

la personne (aide à la vie quotidienne, aide à la toilette, etc.)

la vie sociale (déplacements, aide au maintien du lien social, etc.)

Dans cette optique, les structures d’aide à domicile seraient donc des « ensembliers », chargés de construire cette offre globale, avec leurs propres services, mais aussi en ajoutant des activités existantes sur leur territoire, comme le service du bus municipal pour aller au marché par exemple.

L’ANSP s’apprête à tester son idée avec la complicité de la Cnav, dans les Carsat de Dijon et d’Ile-de-France.

Pour en savoir plus, lire l’interview de Sabine Jeuch, responsable de l’action sociale de l’ANSP dans le Journal du Domicile & des services à la personne d’avril.

Légende photo : Sabine Jeuch, responsable de l’action sociale de l’ANSP. 

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire