Actualités
© poplasen - Fotolia

7 novembre 2014

Un groupe de travail sur la tarification des Ehpad en décembre

Lundi 3 novembre, Laurence Rossignol était l’invitée de Sciences Po dans le cadre d’une « master class » exceptionnelle. L’occasion pour la secrétaire d’Etat de développer sa vision de l’adaptation de la société au vieillissement. Et d’annoncer que la réunion du groupe de travail sur la tarification des Ehpad aura lieu au mois de décembre.

Salle comble pour Laurence Rossignol, lundi 3 novembre, dans l’amphi de Sciences Po. Ce dernier accueillait les quelque 120 participants à la « master class » organisée à la faveur du changement de nom du programme « Politiques gérontologiques et gestion des Ehpad », qui devient l’Executive master « Politiques du vieillissement et Silver économie ».

La ministre s’est adressée à un public composé d’étudiants de la formation continue, de professionnels, d’universitaires ainsi que de fédérations du secteur. Parmi les questions abordées : quelle définition donner à la Silver économie ? Peut-on vraiment parler de transition démographique ? Est-il encore raisonnable, compte tenu de la hausse spectaculaire de l’espérance de vie, d’accorder l’APA à partir de 60 ans ?

Exit la transition démographique

Pour Laurence Rossignol, il est impropre de parler de transition démographique. « L’évolution qui est à l’œuvre ne nous fait pas passer d’un monde de jeunes à un monde de vieux. », a-t-elle souri. Le vieillissement démographique est un long mouvement qui fait voler en éclats les catégories d’âge utilisées habituellement.

Si transition il y a, c’est bien au plan économique. La secrétaire d’Etat a rappelé que le vieillissement, dans un premier temps, pèsera négativement sur la croissance. D’où la nécessité de compenser positivement cet impact en développant activement tous les segments de la Silver économie. Une nouvelle réunion du comité de filière est d’ailleurs prévue en décembre prochain. L’ambition affichée est claire : « passer d’une approche médico-sociale à une approche par le parcours, l’insertion et l’accompagnement de l’avancée en âge qui doit se faire le plus tôt possible ».

Une tarification plus transparente pour les Ehpad

Sur le plan des Ehpad, Laurence Rossignol estime qu’il n’y a pas de pénurie de places. Certes, l’offre peut être insuffisante localement, comme c’est le cas à Paris où les tarifs ont évolué mécaniquement à la hausse. Mais, plus globalement, la principale difficulté demeure le reste à charge pour les résidents et leurs familles.

Il faut donc « plus de transparence » pour les tarifs des Ehpad, un sujet qui sera abordé dans le cadre du groupe de travail sur la tarification annoncé il y a plusieurs mois et qui devrait – enfin – se réunir au mois de décembre.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire