Actualités
© sdecoret - Fotolia

11 juin 2018

Transhumanisme, I.A., uberisation :
ce qu’il faut savoir

Est-ce qu’à sa création en 1997, le Mensuel des Maisons de Retraite aurait pu se douter que 20 ans après, il consacrerait un dossier au transhumanisme, à l’Intelligence artificielle et, au fond, à l’idée que l’homme pourrait... cesser de vieillir ? Pourtant, aujourd’hui, aucun citoyen - a fortiori s’il est responsable d’Ehpad - ne peut ignorer les évolutions qui, dans les prochaines années, vont assurément bouleverser la donne dans notre façon d’appréhender le vieillissement.

Cette évolution porte quatre lettres : NBIC. Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique (Big Data, Internet des objets) et Cognitivisme (Intelligence artificielle et robotique). Ces innovations aussi radicales qu’ultra rapides vont, selon Luc Ferry, « changer la médecine et l’économie davantage dans les 40 années à venir que dans les 4000 ans qui ont précédé ».

Car à ces avancées technologiques, il ne s’agit plus seulement pour la médecine de « réparer » mais bien « d’améliorer ». Depuis l’Antiquité, le médecin devait réparer le vivant. Demain, il est censé pouvoir « augmenter ». Non que cette évolution n’ait pas déjà commencé : la chirurgie esthétique comme le Viagra interviennent bien pour « améliorer » et non pas pour soigner. Mais dans le domaine qui nous occupe ici, celui du vieillissement, la frontière entre « thérapeutique » et « amélioration » est particulièrement floue. Lutter contre le vieillissement, c’est au fond lutter contre « l’usure du vivant », évolution qui est en route avec les traitements contre la DMLA ou les recherches sur la maladie d’Alzheimer.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités