Actualités
29 décembre 2021

Tout ce que vous devez savoir sur l’Anap

« J’ai 10 ans. Si tu m’crois pas hé…t’ar ta gueule à la récré… » pourrait, comme Souchon, chanter l’ANAP. En plus d’une décennie, l’Agence nationale d’appui à la performance, au début beaucoup plus centrée sur le secteur sanitaire, a finalement prouvé son efficacité - sa « performance » oserions-nous dire – en direction du médico-social. On s’arrête ce mois-ci sur la raison d’être de l’Agence, son fonctionnement et ses travaux. Et on en a profité pour aller dire bonjour au nouveau directeur général de l’ANAP, Stéphane Pardoux.

C’est la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) de 2009 qui a créé l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) en fusionnant trois agences préexistantes : la mission nationale d’expertise et d’audit hospitalier (MEAH), la Mission nationale d’appui à l’investissement hospitalier (MAINH) et le Groupement pour la modernisation du système d’information hospitalier (GMSIH).

Pour comprendre sa genèse, il faut remonter en 2008 à la mission de préfiguration de l’Anap menée par Philippe Ritter qui deviendra par la suite son premier Président. Une mission qui mettait en évidence la nécessité d’améliorer la « performance » des structures sanitaires et médico-sociales et, surtout, de savoir comment y parvenir. Douze ans plus tard, la raison d’être de l’Anap n’a pas changé : apporter des solutions concrètes aux structures qui manquent de compétences ou d’outils pour améliorer leur performance.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné
au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés
et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire