Actualités
© B.Melo - Fotolia.com

23 mai 2013

Ssiad et HAD :
mieux se connaître pour mieux coopérer

Les fédérations UNA et ADMR d'un côté, et la fédération de l'hospitalisation à domicile de l'autre, s'engagent dans un partenariat qui vise à mieux connaître les coopérations déjà existantes entre Ssiad et HAD, et les besoins en la matière. Avant, éventuellement, d'aller plus loin.

C’est une démarche prudente mais résolue. En ces temps de parcours de santé, alors que les coopérations sont vivement encouragées entre acteurs médico-sociaux et sanitaires, les deux poids lourds du soutien à domicile, UNA et l’ADMR, représentant ici les Ssiad, et la Fédération nationale de l’hospitalisation à domicile (Fnehad), ont décidé d’œuvrer ensemble contre les ruptures de prise en charge et pour une meilleure coordination Ssiad/HAD au domicile des patients.

Mais, au lieu de se lancer bille en tête dans un partenariat étroit, les trois fédérations veulent d’abord s’entendre sur l’existant et les besoins. Pour cela, elles lancent, en septembre prochain, une étude menée à la fois chez les adhérents de la Fnehad et les Ssiad des réseaux UNA et ADMR, dans cinq régions, le Nord-Pas-de-Calais, le Poitou-Charentes, la Bretagne, le Centre et l’Auvergne. Cette étude vise un triple objectif : repérer les profils des patients devant bénéficier d’une coopération Ssiad/HAD ; trouver des modèles d’organisation de passage de relais entre les deux types de structures ; définir les conditions de prise en charge concomitantes.

Une étude alléchante, dont les résultats sont attendus au 1er trimestre 2014. En fonction de ces résultats, les trois fédérations pourront décider d’aller plus loin ensemble et solliciteront les pouvoirs publics pour éventuellement encadrer leurs préconisations.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire