Actualités
2 septembre 2011

Roselyne Bachelot défend le report de la réforme

On l’a vue partout, ce vendredi 2 septembre ! Dans les journaux, à la télé, à la radio, Roselyne Bachelot défend le report de la réforme dépendance et demande aux personnes âgées et aux professionnels un peu de patience.  

La faute à « la crise financière mondiale », si la réforme de la dépendance est « reportée », explique ce vendredi 2 septembre Roselyne Bachelot, sur tous les tons et dans tous les médias. Déjà annoncé par François Fillon le 24 août dernier, au moment de la présentation de son plan anti-dette, le report de la réforme est donc entériné par la ministre en charge du dossier, qui appelle au sens des responsabilités des familles et des professionnels : « Nous sommes comme dans un foyer ou dans une famille, explique-t-elle dans Libération. Quand survient un coup dur, il faut faire des choix. » Et le choix, c’est donc de courber l’échine, de « sauvegarder l’essentiel », en attendant des jours meilleurs.

Pourtant, la dette de l’Etat et la crise financière ne datent pas d’hier. Mais Roselyne Bachelot explique que « les difficultés ont considérablement augmenté ces derniers mois », ce qui justifie de ne pas se lancer maintenant dans l’aventure d’une réforme. Elle promet « un nouveau point » sur le sujet « début 2012 ». Soit. Mais il parait fort probable que la crise financière ait comme par miracle disparu dans quatre mois…

En attendant, il y a le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012, qui doit être débattu à l’automne au Parlement, et dans lequel Roselyne Bachelot avait prévu d’inscrire des mesures financières pour l’aide à domicile, les départements et lutter contre le reste à charge des personnes âgées. Quid de ces mesures ? Roselyne Bachelot annonce aujourd’hui une hausse de 3,8 % des dépenses d’assurance maladie dédiées aux personnes âgées, soit environ 400 millions d’euros de mesures nouvelles – la hausse était de 4,4% l’an dernier, avec 412 millions d’euros supplémentaires. Elle dit aussi que « nous allons aider à la restructuration des services » d’aide à domicile. Il reste un petit espoir, donc, pour les professionnels du domicile. En revanche, elle renvoie les départements dans leurs buts et ne pipe mot sur le reste à charge…  

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire