Actualités
© Patrick Dagonnot - EHPA Presse

28 janvier 2013

Réforme de la dépendance : premiers frémissements

Promis, juré, craché ; ce sera fait ! C’est François Hollande lui-même qui l’a annoncé, lors du congrès de l’Uniopss, le 25 janvier. Et Michèle Delaunay qui l’a confirmé, le lendemain : il y aura bien une réforme de la dépendance en 2013.

Il n’avait jamais autant parlé de dépendance, jamais été aussi précis sur ses projets, depuis qu’il a été élu président de la République. Au congrès de l’Uniopss, vendredi 25 janvier, François Hollande a déroulé sa feuille de route pour la dépendance… sans recette toute faite sur le financement : « Nous étalerons cet effort sur l’ensemble du quinquennat et nous devrons trouver des recettes qui soient celles de la solidarité, a-t-il expliqué. Nous ne pourrons pas aller plus vite que ce que nos finances nous permettront de faire. Il y aura le partage entre la solidarité nécessaire parce que nous sommes un pays de cohésion sociale, et la responsabilité individuelle, personnelle indispensable. Parce qu’il faut qu’il y ait la participation de chacun à l’effort. » Responsabilité individuelle ? Le lendemain, dans Le Parisien, la ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie, Michèle Delaunay, fait une explication de texte : « Le président évoque les baby-boomers qui ne vont sans doute pas attendre pour anticiper leur vieillissement, prendre pour eux-mêmes les bonnes décisions… On peut vieillir et préparer les choses positivement… »

Au-delà des gros sous, les ambitions du président de la République se déclinent en quatre chapitres principaux : 1/sans surprise, priorité au maintien à domicile : « Nous devrons permettre à chaque personne âgée qui le souhaite de rester à son domicile, là où sont ses souvenirs, son espace, son quartier, ses amis, sa famille. » Pour cela, « nous savons aussi que nos logements doivent être adaptés au vieillissement, au très grand vieillissement ». Et de promettre « 80 000 logements » adaptés sur les cinq prochaines années… alors que le candidat Hollande parlait de 80 000 logements adaptés par an. Et de prôner aussi des « solutions intermédiaires » entre le domicile et l’Ehpad. 2/L’aide aux aidants, avec notamment la mise en place de congés spécifiques. 3/La confirmation d’un nouveau plan Alzheimer. 4/« Une clarification des règles » sur le reste à charge des résidents d’Ehpad : « Je veux qu’il y ait une régulation nationale et en même temps le souci qu’il y ait cette solidarité familiale, mais qui ne soit pas poussée jusqu’à l’extrême. » Michèle Delaunay va plus loin dans son interview au Parisien, en parlant « d’encadrer les loyers dans les maisons de retraite ». Elle annonce, aussi « un site qui détaillera tous les prix pratiqués partout, y compris ce qu’on paye « en plus ». Elle y dénonce d’ailleurs violemment la politique de prix des Ehpad, leur propension à augmenter « à l’envi » le tarif hébergement et leur manque de transparence. Les professionnels apprécieront !

Lire notre analyse complète dans

le Mensuel des Maisons de Retraite de janvier. Pour vous abonner, c’est ici.

 

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire