Actualités
3 mars 2020

Prescription :
le dialogue médecin coordonnateur, médecin traitant, à la loupe…

La Fondation Korian pour le Bien-Vieillir a rendu publique le 10 janvier une étude observationnelle de grande ampleur sur l’impact du dialogue entre le médecin coordonnateur et le médecin traitant sur la prescription d’anticholinergiques. Des travaux au long cours qui offrent de nombreuses perspectives dans les années à venir…

Quel impact d’un dialogue constructif entre le médecin coordonnateur et le médecin traitant sur la prescription d’anticholinergiques ? Voilà, en substance, la question qui a guidé la Fondation Korian, le groupe Vidal, la société Medissimo et le Gérontopôle « Bien vieillir » en Champagne-Ardenne, pour la réalisation de l’étude DemAsCH (démasquer les anticholinergiques), dont les résultats ont été dévoilés le 10 janvier dernier. En 2015, l’analyse, au regard des règles de bon usage du médicament, de près d’un million de lignes d’ordonnances de médecins libéraux intervenant dans 110 Ehpad Korian a permis en amont de DemAsCH « de faire ressortir l’importance des anticholinergiques masqués et la nécessité de sensibiliser la communauté médicale sur ce sujet », rappelle Aude Letty, déléguée générale de la Fondation Korian pour le Bien-Vieillir. Il faut dire que les anticholinergiques ne représentent pas une classe de médicaments à part entière, mais une propriété qu’on retrouve dans plusieurs classes de médicaments, à savoir certains anxiolytiques, antipsychotiques, antidépresseurs ou encore antihistaminiques.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné
au magazine Le Journal du Médecin Coordonnateur :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés
et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire