Actualités
23 juillet 2012

Première visite de Michèle Delaunay autour de la solitude des personnes âgées

Le soleil joue à cache-cache, en ce jeudi 19 juillet, mais Michèle Delaunay est dans une forme olympique, alors qu’elle visite le château de vacances des Petits frères des pauvres, à Morainvilliers (78). La ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie égraine, pêle-mêle et non sans ses jeux d’esprit habituels, commentaires et recommandations pour « [ses] âgés ». Reportage.

C’est ici, dans «la maison des petits frères modèles », s’amuse-t-elle, en référence au roman de la Comtesse de Ségur, « Les petites filles modèles », que la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie, Michèle Delaunay, est venue délivrer son « message de sollicitude pour l’été ».

Le château de Morainvilliers est l’une des 18 maisons de vacances des Petits frères des pauvres, qui accueillent chaque année entre 15 à 20  personnes âgées « de plus de 50 ans, isolées et fragilisées » vivant en établissement ou à domicile, pour un séjour de 10 à 15 jours. « Rien ne remplacera le voisin qui cogne à la porte de la vieille dame qui est seule, répète inlassablement la ministre. L’isolement est la première cause de maltraitance des âgés et c’est particulièrement vrai en été. Le quartier est moins peuplé, les petits commerces ferment, les enfants partent en vacances en Australie… ».

Voilà pour le préambule de Michèle Delaunay, qui assure au passage qu’en cas de canicule, « tout est prêt ». Mais pour la première sortie officielle de la nouvelle ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie, il s’agit aussi de faire passer d’autres messages. En tête de liste, sa bonne connaissance des établissements.

Au cours de la visite, qui durera plus d’une heure, Michèle Delaunay n’a ainsi de cesse d’aborder, ça et là, toutes les thématiques et toute la symbolique liées aux personnes âgées. «Je veux que nous dépassions le compassionnel, tonne-t-elle. Cette image de l’âgé, obligatoirement en fauteuil roulant, l’air triste, avec un adulte qui au contraire se dresse à côté de lui. Je ne méconnais pas ce que l’avancée en âge comporte de batailles et d’efforts, mais cette période ne doit pas être une pénitence. Après une vie de travail elle doit être une récompense ».

Récompense, dignité, positivité… ajoutés à la bonhomie du personnage, jamais avare de plaisanteries, ces mots séduisent les représentants des Petits frères des pauvres, qui se félicitent de la venue de la ministre.« C’est un honneur, un encouragement et un signe, qui mettent la sollicitude citoyenne et la lutte contre l'isolement au cœur de l'attention des politiques sur la vieillesse », se réjouit le secrétaire général de l’association,Jean-François Serres. « Cela donne une vision positive du vieillissement, ajoute-t-il. Et puis, cette nécessaire sollicitude auprès des âgés vient interroger le monde associatif. Car, bien sûr, familles et voisins peuvent aider mais ce n’est pas si simple de soutenir une personne qui perd de sa mobilité. Nous espérons beaucoup dans un bon partenariat entre un groupement associatif et politique, pour que les citoyens qui veulent agir soient soutenus.»

La ministre d’évoquer aussi, au fil de sa visite (parfois inopinément), animaux de compagnie, design des chambres en Ehpad, économie « grise », canicule, féminisation et préjugés liés au secteur… Tout y passe, ou presque, avec, toujours, une petite pointe d’humour, qui n’est pas pour déplaire à son public.

Bilan de cette première visite : la confirmation de la personnalité fantaisiste de Michèle Delaunay, et de son empathie pour les personnes âgées. Mais après les mots, à quand l’action concrète ?

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire