Actualités
5 avril 2022

Orpea : le Rapport IGAS – IGF

Le Rapport IGAS-IGF n’avait pas encore été publié au moment où nous bouclions cette édition. Mais un plan détaillé sous forme de résumé circulait sous le manteau et auprès des journalistes depuis plusieurs jours. Entre temps, Orpéa avait eu le temps de publier un communiqué de presse pour répondre aux principales accusations. On fait le point ici.

Sitôt récupéré une esquisse du Rapport IGAS-IGF, Le Monde en publiait le 28 mars une synthèse avec ce titre explicite : « Orpéa : l’Etat rend un pré-rapport accablant pour le groupe ». Sauf que… le plan détaillé de ce pré-rapport n’incluait évidemment pas les réponses du groupe Orpéa lui-même.

Composé de 6 chapitres, le pré-rapport semble en effet, sur le fond comme sur le ton, totalement à charge. Parfois à raison. Parfois avec une sacrée dose de mauvaise foi.

Une bonne dose de mauvaise foi

Mauvaise foi quand le rapport note que 18% des Ehpad Orpéa n’ont pas de médecin coordonnateur, alors qu’en France plus de 30% des Ehpad n’en sont pas dotés. Mauvaise foi lorsqu’il est indiqué que « l’information des résidents sur les personnes qualifiées n’est pas systématique » alors même que ce dispositif est tellement négligé par les ARS et les Départements eux-mêmes que certaines de ces listes n’existent pas ou n’ont pas été renouvelées depuis 10 ans. Mauvaise foi encore quand il est indiqué que « le temps de la toilette n’est pas un moment de détente »… alors que tous les Ehpad de France et de Navarre se plaignent du manque de temps pour effectuer correctement les toilettes.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné
au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés
et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire