Actualités
4 novembre 2016

Med Co et IDEC : et si vous étiez des acteurs essentiels des CPOM ?

Med Co, Idec, CPOM, EPRD : en voilà des sigles abscons. C’est bien pourtant le même enjeu qui va demain lier ces 4 acronymes.

D’un côté, les médecins coordonnateurs (Med Co) et les infirmières coordonnatrices (Idec), éléments essentiels des équipes soignantes en Ehpad. De l’autre, les CPOM, ces nouveaux contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens qui vont venir remplacer les conventions tripartites et l’EPRD, l’état prévisionnel des recettes et des dépenses, qui va permettre de gérer désormais des enveloppes financières calculées objectivement selon la même équation dans tous les Ehpad.

Mais cela, n’est-ce pas d’abord et avant tout une affaire de directeurs et de comptables ? N’est-ce pas d’ailleurs pour les groupes des choses qui s’élaboreront dans les officines des sièges ? Pas tout à fait.

La réévaluation du GMP-PMP : une étape cruciale…

L’élément plus que jamais essentiel dans la définition des futures enveloppes soins sera le niveau de GMP et de PMP. Certes, c’est déjà le cas aujourd’hui. Mais comme le calcul de la ressource, demain, ne donnera plus droit à interprétation ou à négociation, la détermination des GMP-PMP n’en sera que plus cruciale.

Or, on sait que beaucoup d’Ehpad n’ont pas vu leur GMP ou leur PMP actualisés depuis bien longtemps. Depuis plusieurs années pour certains. Et qui plus est, ils avaient parfois été largement sous-évalués au moment du dernier calcul. La réactualisation des GMP et des PMP, obligatoire avant chaque signature de CPOM, sera donc bien LE moment à ne pas rater. Les groupes dotés d’un directeur médical ou bien les Med Co isolés dans chaque établissement auront donc une responsabilité éminente : être les garants d’un calcul honnête des GMP-PMP par le médecin de l’ARS ou du Conseil départemental. Les directeurs doivent donc compter sur eux. Encore faut-il que les Med Co sachent de quoi on parle quand on évoque le CPOM et l’EPRD.

Quant aux Idec, leur rôle de manager des équipes de soins leur donne là aussi une responsabilité éminente dans la gestion de cette réforme. D’abord parce qu’au sein des CPOM multi-établissements, elles pourront imaginer les différents modes de mutualisation des dépenses de soins ouverts désormais par l’existence d’une enveloppe soins globale. Ensuite parce que l’enveloppe soins étant plus que jamais limitative, elles devront avoir une approche pluriannuelle et prospective de l’usage qu’on doit en faire.

… dont on parlera aux Assises

C’est parce que nous avons estimé que Med Co et Idec ne pouvaient pas faire comme si cette réforme, en vigueur à partir du 1er janvier 2017, ne les concernait pas, que les Assises nationales des Med Co et des Idec qu’organise EHPA Presse les 24 et 25 novembre prochains consacreront une table-ronde à cette question.

Voir le programme des Assises JMC/Idec

Partager cet article

Retour aux actualités