Actualités
4 mars 2019

Marie de Hennezel, psychologue, psychothérapeute

Psychologue, psychothérapeute, investie depuis de longues années dans les réflexions autour de la fin de vie, Marie de Hennezel revient sur la gestion du phénomène par les établissements et sur la place du médecin coordonnateur.

Le Journal du Médecin Coordonnateur : Comment la fin de vie des résidents est-elle perçue par les professionnels de santé et avec quelles conséquences ?

Marie de Hennezel : La question de la fin de vie est appréhendée de manière très inégale dans les établissements, essentiellement à cause d’une formation très variable, à la fois dans les facultés de médecine avec un enseignement en soin palliatif allant de 2 à 40 heures de formation, mais aussi du côté des instituts de formation en soins infirmiers. Résultat la culture palliative est très mal répartie dans notre pays. Celle-ci reste fortement dépendante de l’impulsion du médecin coordonnateur et du directeur de l’établissement, qui vont faire, ou non, que cette question soit prise en compte dans le projet de l’Ehpad.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Journal du Médecin Coordonnateur :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités