Actualités
© Patrick DAGONNOT - Ehpa Presse

21 février 2013

Liberté d’aller et venir des résidents Alzheimer : éthique ou TIC ?

Comment éviter les sorties inopinées des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ? Cette épineuse question refait surface à la faveur de récents faits divers. Si la ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie souhaite aujourd’hui discuter du recours à la géolocalisation, il fut un temps où elle axait aussi le débat sur le volet éthique.

En septembre 2009, Michèle Delaunay, alors députée de la Gironde, cosignait avec David Causse (Fehap), Paulette Guinchard, ancienne ministre des Personnes âgées, et Denis Jacquat, député UMP de la Moselle, une tribune publiée dans Libération intitulée « Alzheimer, une maladie à confiner ? » (lire ici).
En ligne de mire, la mesure 39 du plan Alzheimer. « La prise en charge de la personne atteinte peut conduire – dans son intérêt – à recourir à des techniques restreignant gravement ses libertés (unité fermée, bracelets magnétiques, ceintures de contention) ». Tel était alors l’objet du débat. Un projet de texte ministériel était en préparation pour permettre  au directeur d’une maison de retraite de mettre en œuvre des « mesures coercitives » pour limiter les sorties inopinées des malades d’Alzheimer. « Vaut-il mieux vivre une fin de vie vivante, ouverte sur l’extérieur mais avec des risques ? Ou une mort sociale avant que d’être clinique : un véritable ennui… mortel », interrogeaient les auteurs de la tribune.

A cette époque, Michèle Delaunay plaidait non pas pour le recours aux gérontechnologies (lire ici notre article) mais pour un ratio de personnel suffisant : « Dans ces situations, tout est dans la nuance intelligente et pragmatique apportée par du personnel formé et en nombre suffisant. Encore faut-il aussi que l’on décide à en pourvoir les maisons de retraite à la mesure de leurs missions : ce serait une autre manière de considérer et de traiter le problème de la maladie d’Alzheimer en établissement d’hébergement » co-écrivait-elle dans cette tribune.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire