Actualités
6 octobre 2022

Le psychologue, pivot de la fin de vie en Ehpad

Psychologue en Ehpad, Sarah Carliez fait en sorte que la fin de vie des résidents se passe dans les conditions les plus sereines. Une fonction absolument essentielle dont les Ehpad manquent souvent.

Selon, Sarah Carliez, psychologue de l’Ehpad Grenelle à Paris, le plus important en matière de fin de vie en Ehpad, c’est la complémentarité. Chaque membre du personnel a un rôle à jouer pour faire vivre les différentes dimensions de cette étape essentielle : la dimension physique avec notamment la gestion de la douleur, la dimension psychologique, la dimension socio-familiale et la dimension spirituelle. « Toutes ces aspects ne peuvent vivre l’un sans l’autre. La fin de vie n’est pas uniquement une question médicale ou de technique de soin. L’une des fonctions du psychologue est de veiller à ce qu’aucune de ces dimensions ne soit négligées. » Celle-ci veille également à ce que la fin de la vie se fasse dans les conditions les plus apaisées.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné
au magazine Le Journal du Médecin Coordonnateur :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés
et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire