Actualités
© Crédit photo : Patrick Dagonnot – EHPA Presse

11 janvier 2013

Le projet de loi sur le vieillissement en 2013

L’Apocalypse ayant finalement passé son chemin, les attentes du secteur médico-social, en 2013, sont les mêmes qu’en 2012. Cette nouvelle année portera-t-elle chance aux professionnels du grand âge ? Quelques signaux venus du gouvernement nous laisse y croire...

Ni le chef du gouvernement, ni le président de la République, lors de ses vœux aux citoyens, n’ont tenu la part belle aux sujets sociétaux, réservant l’essentiel de leurs discours à la bataille contre le chômage et à l’emploi. Le sujet n’est clairement pas aux rang des priorités de Jean-Marc Ayrault, qui s’est peu exprimé, dans sa tribune publiée dans le Monde, où il a déroulé sa feuille de route, sur la problématique du grand âge. Mais le Premier ministre a quand même, en creux, glissé quelques mots sur le dossier. « Quant aux personnes âgées ou souffrant de handicaps, elles doivent recevoir les moyens de leur autonomie : il est indispensable de mieux prendre en charge la dépendance, tout comme d’assurer l’équilibre à long terme de notre système de retraite » a tout de même assuré le Premier ministre.

Mais Michèle Delaunay, qui a été reçue à Matignon jeudi 2 janvier, et qui devrait être, à l’heure actuelle, très occupée à passer au scanner tous les rapports qu’elle a commandés pour préparer sa grande loi sur le vieillissement, vient justement d’en confirmer le calendrier : le projet de loi sera présenté en 2013, pour une application en 2014. On est impatient, désormais, d’en connaître les modalités. Car restent de nombreuses questions : Comment financer une telle loi quand les finances de l’État sont en berne ? Pour l’instant, seuls les 600 ou 700 millions d’euros de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa) sont à disposition pour couvrir les frais.

 

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire