Actualités
© Patrick Dagonnot - EHPA Presse

11 juillet 2013

Le bonheur ne fait pas l’argent

Un sondage qui tombe à pic, un plan com’ bien orchestré : ce mardi 9 juillet devait être placé sous le signe du bonheur des « âgés » de plus de 70 ans, imperméables au supposé pessimisme français. Heureux, certes, mais pas comblés par l’action des pouvoirs publics à leur égard. Michèle Delaunay, qui plaide pour que sa réforme de l’autonomie soit engagée au Parlement avant les élections municipales de mars 2014, a toutefois reconnu sans se réjouir qu’« il y aura des recettes supplémentaires à lever » pour la financer.

C’est l’information essentielle du sondage réalisé par l’institut Viavoice, en tout cas celle qu’ont retenue les médias : les vieux sont heureux. Révélés mardi, les résultats de cette enquête financée par Le Monde, France 2 et Harmonie Mutuelle – et orientée en sous-main par le ministère des Personnes âgées et de l’Autonomie – montrent en effet que 89% des 1 006 « âgés » interrogés se déclarent « assez » ou « très » heureux.

Mieux, parmi l’échantillon « représentatif » des plus de 70 ans, 76% estiment s’être « bien préparés à (leur) vieillesse », 62% n’ont pas peur de vieillir et 61% considèrent que « l’on se préoccupe bien des personnes âgées, actuellement en France ». Circulez y a rien à voir ? En fait, si. Ce bien-être revendiqué est contrebalancé par une profonde inquiétude et une revendication négligée.

Une inquiétude, d’abord, qui tient à la définition de la vieillesse, assimilée à « un sentiment de déclin » (48%). Pour les âgés, le « seuil du grand âge » est franchi dès lors que l’on n’est « plus autonome dans son logement » (54%) ou que l’on perd « une partie de ses facultés » (44%). Sans surprise, leurs deux grandes craintes sont la perte d’autonomie (51%) et la maladie (47%).

Une revendication, ensuite, liée à une offre de services et de soins jugée insuffisante (50%). Les lacunes de la prise en charge par les pouvoirs publics sont d’autant plus perceptibles (59%) que l’attente à leur égard est élevée (55%). Et la génération suivante (40-70 ans), sondée à part, se montre encore plus insatisfaite…

Michèle Delaunay tient là quelques arguments pour promouvoir l’urgence de sa loi sur l’autonomie, qu’elle s’est engagée à présenter avant la fin de l’année. Une inscription rapide à l’ordre du jour parlementaire apaiserait-elle les mécontents à l’approche d’une année électorale redoutable ? La ministre ne manque certes pas d’ambition pour sa réforme, mais reste d’une prudence de Sioux sur les moyens de la financer.

« Nous ne ferons pas recours à l’assurance privée obligatoire, c’est un engagement du Président de la République. Ce qui veut dire qu’il y aura des recettes supplémentaires à lever. Les Français y sont prêts. (…) Nous sommes dans une ou deux années très difficiles. La montée en charge du projet de loi se fera par paliers au cours du quinquennat », a-t-elle seulement concédé mardi soir, dans les dernières secondes du Téléphone Sonne sur France Inter. Qui paiera ? Et combien ? Il sera toujours temps d’en reparler après les vacances, histoire de ne pas gâcher le bonheur ambiant…

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire