Actualités
16 septembre 2011

L’Anesm fondue dans la HAS ?

Mise en cause cet été dans un rapport parlementaire, l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements sociaux et médico-sociaux (Anesm) a profité de sa conférence de presse de rentrée pour répondre à ceux qui mettent en doute l'utilité de son autonomie. 

Le 6 juillet dernier, l'autonomie de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements sociaux et médico-sociaux (Anesm) était de nouveau remise en cause. Cette fois, l'attaque est venue d'un rapport de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale,  écrit par le député UMP Yves Bur. Ce rapport, visant à « rationaliser » les agences sanitaires, propose de confier les missions de l'Anesm a à la Haute Autorité de santé (HAS). Yves Bur estime ainsi que « les missions de l'Anesm, consistant principalement en l'édition de règles de bonnes pratiques et l'habilitation d'organismes extérieurs, pourraient parfaitement être transférées à la Haute Autorité de santé (HAS) dont c'est le cœur de métier. La spécificité de l'évaluation des établissements sociaux ne peut en effet justifier à elle seule l'autonomie de cette agence ».

Le 15 septembre, lors de sa conférence de presse de rentrée, Didier Charlanne, directeur de l'Anesm, a contre-attaqué : « La loi HPSTdistingue bien les différences de vision entre le sanitaire et le médico-social. Sur l'opportunité de ces propositions, je ne peux que constater objectivement que les professionnels du secteur se sont approprié les recommandations et qu'une grande dynamique s'est crée, notamment sur la question de la bientraitance. Il ne faudrait pas qu'un changement de montage institutionnel casse tout cela. »

Pour enfoncer le clou, le directeur de l'agence fait même preuve d'ironie : « Je suis content toutefois de remarquer qu’Yves Bur a bien identifié la force de notre agence, son conseil d'orientation stratégique. A tel point qu'il propose même de le généraliser à toutes les agences … même si cela ne sera pas facile de l'appliquer partout.»

Légende photo : Didier Charlanne, directeur de l'Anesm. 

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire