Actualités
16 novembre 2011

L’aide à domicile veut plus

Les professionnels de l’aide à domicile sont amers. Alors que l’Assemblée nationale a voté le projet de loi de finances pour 2012 instaurant notamment un fonds de soutien pour les structures en difficulté, le collectif d’associations demande que l’Etat assume ses engagements. Explications.  

Certes, le fonds de soutien aux structures d’aide à domicile en difficulté a bien été voté par l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances pour 2012. Mais pas exactement comme l’auraient souhaité les professionnels de l’aide à domicile. Demandé de longue date par les associations, évalué en juillet dernier par la direction générale de la cohésion sociale à 150 millions d’euros, confirmé par Roselyne Bachelot, lors des Assises nationales de l’aide à domicile (1), le 21 septembre, mais ramené à 50 millions d’euros, le fonds d’intervention tel que voté à l’Assemblée nationale n’est plus finalement que de 25 millions d’euros. 25 millions d’euros en 2012, donc, puis une deuxième tranche de 25 millions d’euros en 2013.

Les associations d’aide à domicile demandent aujourd’hui que la totalité de l’enveloppe soit versée en 2012, puis précisément avant le 31 mars 2012. « Nous avons conscience des difficultés financières du pays, expliquent 15 organisations professionnelles dans un communiqué commun (2), mais la destruction d’emplois et la mise à l’écart des personnes fragiles n’est pas une solution. Rappelons que sur l’année 2010, la branche professionnelle de l’aide à domicile a enregistré 8 700 pertes d’emplois (3,95% de ses salariés) ; pour le premier semestre 2011, 5 500 destructions d’emplois sont déjà constatées. »

Autre motif de mécontentement : l’inscription, dans ce même article du projet de loi de finances pour 2012, d’une expérimentation d’une réforme de la tarification des services, qui s’appuie sur les travaux déjà engagés entre l’Assemblée des départements de France et les fédérations d’associations. Ou plutôt qui « court-circuite » ces travaux, tempête le collectif. De fait, alors que notamment le Doubs et l’Oise sont déjà très avancés sur ce dossier, le gouvernement propose de repartir de zéro, en élaborant un nouveau cahier des charges. «  Il suffirait de s’appuyer sur les travaux déjà réalisés et de favoriser les préfigurations sur le terrain menées dans une dizaine de départements et d’en tirer, ensemble, les enseignements », avancent en retour les associations.

(1) Les Assises nationales de l’aide à domicile sont une manifestation organisée tous les ans à Paris par le Journal du Domicile & des services à la personne.

(2) Adessadomicile – AD-PA – Aînés Ruraux – APF – CFPSAA – Croix-Rouge française – FNAAFP-CSF – Fnadepa – Fnapaef – Fnaqpa – Mutualité Française – UNA – Unccas – Uniopss – USB Domicile.

 

Légende photo : Roselyne Bachelot aux 2es Assises nationales de l’aide à domicile, le 21 septembre 2011.  

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire