Actualités
20 octobre 2020

La grande incertitude

paru dans Le Journal du Domicile

Rien n’est simple. Nous traversons une zone de turbulences sans précédent. De la crise sanitaire à la crise sécuritaire et identitaire, de la panne économique à la crise sociale, la cohésion de notre pays ne tient qu’à un fil.

Et pourtant, il nous faut faire face et avancer. C’est ce à quoi nous avons contribué à notre modeste niveau, en maintenant nos assises nationales de l’aide à domicile -gestes barrières à l’appui- pour justement ne pas nous résigner et continuer d’animer le débat, de sensibiliser et de construire.

Avec, cette année plus encore que les autres, une impatience aigue de la part de tous les professionnels : à quand le grand bond en avant de l’aide à domicile ? Tous les avis convergent, tous les rapports le soulignent : le vieillissement qui s’annonce est massif et se jouera pour l’essentiel à domicile, en conséquence de quoi il faut y investir et revoir l’offre à la hausse, quantitativement et qualitativement. Et l’acte fondateur qui doit amener à changer de paradigme, c’est la loi grand âge et autonomie. Or, alors qu’on l’attendait pour fin 2020 au plus tard et que l’on abordait ce dernier trimestre avec une certaine dose d’espoir, tout est de nouveau reporté.

Le rapport Vachey relatif à la 5ème branche ne se présente pas comme ce que l’on pouvait en attendre, à savoir un investissement fort, collectif et structurel dans la lutte contre la perte d’autonomie. Malgré les annonces ministérielles, l’ambition ne se concrétise nulle part. D’où le ras-le-bol des acteurs institutionnels -fédérations et conseils départementaux multiplient les courriers courroucés au gouvernement- et le risque de démotivation des salariés sur le terrain. Même les équipements de protection individuels ne sont plus pris en charge alors que la seconde vague frappe de plein fouet.

Mais l’idée n’est pas de verser dans la sinistrose, elle est, avec d’autres, de tirer la sonnette d’alarme. Traiter les désordres d’aujourd’hui ne doit pas empêcher de préparer les défis de demain. Pour le vieillissement, pour l’aide à domicile, il est urgent de ne plus attendre. Et puisque certains menacent notre liberté d’expression, répondant en l’utilisant deux fois plus. Cette newsletter devient donc mensuelle et non plus bimestrielle. Elle informera, formera et défendra le secteur plus régulièrement et plus fortement encore, avec vous.

Patrick Haddad
Rédacteur du Journal du Domicile

 


À LIRE AUSSI
Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire