Actualités
3 mars 2020

La fin du concours d’aides-soignants

En visite avec Myriam El Khomri à l’Institut de formation des aides-soignants de Nanterre (Hauts-de-Seine) et à quelques jours de son départ de l’Avenue Duquesne, Agnès Buzyn a surpris son monde en annonçant la suppression du concours d’aides-soignants. Enfin, la surprise ne fut pas si grande puisqu’il s’agissait d’une des propositions phares du rapport El Khomri.

Face à la chute brutale et continue du nombre de candidats au concours d’entrée dans les IFAS, il a donc été décidé de suivre l’exemple de la suppression du concours d’entrée dans les ISI (Institut de formation aux soins infirmiers). En lieu et place du concours, sera désormais en vigueur un examen de dossier et un entretien oral « valorisant davantage les qualités attendues, notamment les qualités relationnelles ».

Une mesure qui entrera en vigueur dès le mois de septembre prochain et dont le succès réside dans la croyance que l’absence de concours lèvera les freins psychologiques qui pouvaient perdurer chez les candidats qui ne se sentaient pas les capacités nécessaires en terme notamment d’expression écrite.

Cela s’accompagnera d’une refonte de la formation initiale d’AS qui s’allongera de 10 à 12 mois et qui comprendra de nouveaux modules parmi lesquels « le repérage des fragilités, la prévention de la perte d’autonomie ou encore le raisonnement clinique en équipe pluriprofessionnelle ».

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire