Actualités
13 septembre 2018

La FFIDEC entame un tour de France

La FFIDEC a organisé le 14 juin dernier à Nantes sa première journée régionale. Une occasion de renforcer son ancrage territorial et de favoriser les échanges sur des thématiques communes.

La journée régionale de la FFIDEC organisée le 14 juin dernier à Nantes était une vraie première. Son objectif ? Mobiliser les infirmières coordinatrices qui évoluent bien souvent de manière isolée et qui n’ont que trop rarement l’occasion de se rencontrer. « Nous avons fait le constat que celles-ci avaient beaucoup de mal à se déplacer pour des manifestations nationales, par manque de temps et de moyens, alors même que le besoin d’échanger autour de leurs vécus étaient très fort. Cette journée nous a prouvé que cette formule pouvait être intéressante puisqu’elle a rassemblée plus de 100 professionnelles, des Idec certes, mais également des cadres de santé et des infirmières hospitalières. Nombre d’entre-elles venaient de la région Pays-de-Loire mais certaines sont venues de plus loin », raconte Blandine Delfosse, présidente de la FFIDEC.

La journée a alterné des séances plénières et des temps plus pratiques, organisés sous la forme d’ateliers, de manière à susciter les échanges et les retours d’expériences. L’idée également était de travailler sur des thématiques précises, « de manière à creuser certains sujets en profondeur ». La question des soins palliatifs par exemple est un sujet pour lequel les Idec sont directement visées, notamment depuis l’adoption de la loi sur la fin de vie. Même si les Ehpad ne sont généralement pas dotés de plateau technique permettant de gérer ce type de problématiques, les équipes peuvent mener de nombreuses actions, « mais les Idec ne sont pas toujours au fait des dernières réformes et peuvent être désarmées ».

L’idée de cette journée était bien de les informer sur ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas faire au regard des textes, mais également leur permettre de rencontrer des acteurs du territoire qui travaillent sur ce sujet. Etaient ainsi présentes les services de l’HAD, des représentants des réseaux territoriaux de soins palliatifs et plusieurs associations intervenant dans ce domaine. C’est le cas de Compas, un dispositif territorial d’appui aux soins palliatifs intervenant sur Nantes et son agglomération. « Notre mission est de soutenir et former les professionnels des 161 établissements adhérents et au 156 libéraux sur les questions de la prise en charge et l’accompagnement en soins palliatifs », explique Solenn Leparoux, infirmière coordonnatrice au sein de l’association. Selon elle, les infirmières présentes lors de cette journée sont bien souvent esseulées et ne connaissent que très peu leurs différentes obligations, notamment sur les directives anticipées et la personne de confiance. « Il s’agissait donc de leur montrer qu’elles ne sont pas seules et qu’il existe de nombreuses formules ­permettant d’éviter l’hospitalisation des résidents en fin de vie. » Un message qui semble être passé. « Depuis le 14 juin, nous avons été contactés par plusieurs établissements pour des conseils et des formations, ce qui prouve une véritable prise de conscience de l’utilité de collaborer. »

Une autre manière de faire avancer la cause des Idec

Une autre thématique chères aux Idec largement abordée de cette journée est celle du management, qu’il s’agisse à la fois de recruter les aides-soignantes, mais aussi de faire en sorte qu’elles travaillent ensemble, en dépit du turn-over important dans les Ehpad et des absences. La journée s’est achevée par une remise de prix sur les initiatives les plus intéressantes pour tenter de répondre à ces problématiques. « Certes, il est important de partager des difficultés mais aussi les expériences qui marchent. Il y en a beaucoup dans les territoires qui méritent également d’être valorisées, avec la possibilité pour certaines ­professionnelles de pouvoir s’en inspirer », rappelle Blandine Delfosse. La prochaine étape du tour de France de la FFIDEC aura lieu à Lyon le 19 octobre prochain, une occasion une nouvelle fois d’échanger autour de thématiques communes. « Depuis sa création, la FFIDEC s’est beaucoup mobilisée sur le plan politique pour faire évoluer le statut des Idec sur le plan législatif avec un succès relativement mitigé. Aujourd’hui, nous souhaitons renforcer notre ancrage territorial en mobilisant partout dans les territoires, le national cela viendra ensuite, tout naturellement ». Une façon comme une autre de faire avancer la cause des Idec.

Le périmètre d’intervention des IPA dévoilé
Les infirmiers en pratique avancée (IPA) auront-ils vocation à intervenir en Ehpad ? La question demeure à la suite de la publication le 20 juillet dernier de plusieurs textes venant préciser les domaines d’intervention de cette nouvelle profession. Une chose est certaine cependant, les IPA seront amenés à régulièrement collaborer avec les établissements. Selon les textes publiés, l’IPA dispose de compétences élargies par rapport à celle de l’infirmier diplômé d’Etat. Dans ce cadre, un nouveau diplôme d’Etat reconnu au grade de master sera délivré à l’issue d’une formation universitaire de deux ans (bac+5 au lieu de bac+3 pour le DE d’infirmier). L’IPA devra participer à la prise en charge globale des patients dont le suivi est confié par un médecin. Il apporte son expertise et participe à l’organisation du parcours entre les soins de premiers recours, les médecins spécialistes et les établissements et services de santé ou médico-sociaux. Ses principaux domaines d’intervention sont, à l’heure actuelle, les pathologies chroniques stabilisés, l’oncologie et les maladies rénales. Même si l’IPA ne sera pas amené à intégrer les Ehpad à court terme, il ne devrait donc pas tarder à devenir l’un de ses interlocuteurs privilégiés en cas notamment d’absence du médecin traitant.

La FFIDEC auditionnée par la DGCS

Comme bon nombre d’autres fédérations, la FFIDEC a été auditionnée le 8 juin dernier par la DGCS dans le cadre du groupe de travail sur l’avenir de la profession de médecin coordonnateur. « Cette audition nous a permis de revenir sur les contraintes de notre profession mais aussi sur ses carences, notamment le défaut de statut et de véritable référentiel métier », raconte Blandine Delfosse. La FFIDEC en a profité pour présenter ses différents travaux sur ce sujet, notamment le projet de décret élaborée par la Fédération détaillant les différentes missions des Idec en structure gériatrique. Cinq missions principales ont été ainsi présentées. La première consiste à organiser et coordonner la production de soins au sein de la structure gériatrique dans un souci de continuité et de qualité, la deuxième est de contribuer au déploiement de la politique institutionnelle, au regard du cadre réglementaire défini par les autorités de tarification, la troisième est de gérer les ressources humaines et de manager les équipes, la quatrième, de garantir la production de bonnes pratiques gériatriques. La dernière et cinquième mission, consiste à promouvoir et coordonner les partenariats de la filière gérontologique et gériatrique dans une dynamique de mutualisation des moyens et de collégialité. Bref, tout un programme que les Idec auront largement l’occasion de détailler et de discuter avec les principales fédérations de médecins coordonnateurs.

Lors de cette audition, la DGCS a d’ailleurs reconnu que le statut des Idec mérite évidemment d’être précisé, au regard notamment des missions des médecins. Cette démarche est d’autant plus nécessaire pour assurer la qualité en établissement, que les Idec, contrairement aux médecins coordonnateurs, sont présentes de manière continue en établissement et assument un certain nombre des missions de ces derniers sans pour autant que cela soit reconnu. De la même manière, l’arrivée probable des infirmiers en pratique avancée (IPA) au sein des Ehpad (voir encadré) devrait largement questionner la place des Idec dans les établissements. « Ceux-ci seront bien souvent plus diplômés que ces dernières et devraient selon la loi devenir des interlocuteurs privilégiés des médecins coordonnateurs. Il convient donc de réfléchir au positionnement des Idec dans ce nouveau contexte ». La DGCS a annoncé la mise en place dans les mois qui viennent, d’un nouveau groupe de travail pour réfléchir aux évolutions nécessaires pour la profession d’Idec. La suite donc au prochain épisode.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire