Actualités
26 août 2011

La dépendance… en 2012 ?

En présentant son plan anti-crise, le 24 août, le Premier ministre, François Fillon, a douché les espoirs de ceux qui attendaient la réforme de la dépendance, prévue pourtant en septembre.  

Tout le monde était dans les starting-blocks. Après le grand débat national sur la dépendance, la tenue d’une trentaine de débats dans toute la France, la publication d’une dizaine de rapports et la réunion de quatre groupes d’experts et de professionnels, le gouvernement avait promis que la réforme sur la dépendance, attendue depuis 2007 quand même, serait annoncée à la rentrée.

Mais en lançant son plan de rigueur, le 24 août, François Fillon a anéanti tous les espoirs de ceux qui y croyaient encore, en reportant sine die la réforme.Le Premier ministre argue que traiter ce chantier « dans le contexte économique et financier que nous connaissons aujourd’hui et dans l’urgence ne serait pas responsable ».

« Dans l’urgence » ? Là, le ministre exagère un chouia ; on ne peut pas dire que le gouvernement se soit précipité sur ce sujet ! Il a accumulé les discussions et les travaux et fait mariné tout le monde depuis quatre ans. La première raison invoquée, en revanche, « le contexte économique et financier », sonne effectivement le glas – et malheureusement sans doute pour un bout de temps – d’une réforme financée à la hauteur des enjeux.

Ce qu’a dit François Fillon :

« En accord avec Madame Bachelot, nous avons choisi de continuer à travailler sur le dossier de la dépendance. La concertation nationale, menée depuis le début de l’année, a montré l’ampleur des changements que nous devons assumer pour faire face à la nécessaire solidarité envers les personnes les plus âgées, mais je veux dire que traiter ce dossier dans le contexte économique et financier que nous connaissons aujourd’hui et dans l’urgence ne serait pas responsable. L’adaptation de notre modèle social, c’est une nécessité de long terme. Il nous faudra tenir compte des recommandations du Haut conseil de l’assurance maladie, il nous faudra trouver des ressources adaptées, nous devons y travailler encore d’ici le début de l’année 2012 avec tous les acteurs de ce secteur. » 

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire