Actualités
23 mars 2012

Infirmiers libéraux et prestataires défendent le domicile

   La Fédération nationale des infirmiers libéraux (FNI) et le Syndicat national des prestataires de santé à domicile (Synalam) ont rendu publique une étude qui, disent-ils, « fait la démonstration de l'intérêt du recours au "couple" prestataire/infirmier libéral dans le soin à domicile ». 

Cette étude médico-économique a comparé trois modes de prise en charge (hospitalisation classique, hospitalisation à domicile, ambulatoire), pour une chimiothérapie et un traitement anti-douleur pour des patients cancéreux. L’étude compare les coûts de la prise en charge dans les trois modes pour deux calendriers de soins (2 jours de chimio toutes les deux semaines ; 5 jours de chimio toutes les trois semaines).

La prise en charge à domicile associant infirmiers libéraux et prestataires de santé est toujours moins coûteuse, assurent les partenaires. Exemple : pour 2 jours de chimio toutes les deux semaines, le traitement anti-douleur + la nutrition parentérale coûtent plus de 43 500 euros à l’hôpital, 29 300 euros en HAD, et 26 200 euros avec une prise en charge infirmière et prestataire de santé.  La différence de coûts est encore plus grande avec le traitement plus long.

Avec cette étude, les partenaires veulent « interpeller les autorités de santé nationales et régionales pour défendre ce modèle qu'ils jugent menacé, notamment par la méconnaissance des autorités de santé et par le tropisme hospitalier du système sanitaire ».

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire