Actualités
11 décembre 2020

Ethique face à la crise : le CCNE se prononce sur l’accès aux soins

Saisi par le ministère, le Comité national consultatif d’éthique (CCNE), a rendu le 18 novembre un deuxième avis sur la crise du Covid.

Contrairement à celui du mois de mars, il n’aborde que très peu le fameux équilibre entre liberté et sécurité des résidents. Le Comité préfère se concentrer sur l’accès aux soins des résidents malades, atteints ou non du Covid, une question brulante, sans doute caractéristique de l’acte II de l’épidémie (voir dossier). Selon le Comité, un accès aux soins pour les situations d’urgences est à préserver. « Quelles que soient la situation et la décision médicale prise, tout patient doit bénéficier de soins médicaux de base, de soins de confort et d’un accompagnement palliatif si nécessaire », souligne le CCNE, qui évoque les ressources nécessaires pour atteindre cet objectif. Afin de répondre aux situations les plus urgentes, notamment en Ehpad et éviter le fameux tri, celui-ci insiste sur la collégialité des décisions, l’accompagnement des équipes sur le plan éthique, et la mise en place de protocoles en amont. Il met également l’accent sur un pilotage territorial déconcentré, orchestré par l’ARS, pour abolir les cloisons public/privé, hôpital/ville, sanitaire/social et assurer un suivi constant des ressources afin de prévenir l’utilisation de la priorisation comme variable d’ajustement de la pénurie. Un objectif louable, mais qui peine encore à voir le jour dans de nombreux territoires.

Accéder à l’avis du CCNE :

https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/ccne_-_saisine_triage.pdf

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire