Actualités
© Patrick Dagonnot

3 mars 2020

Entretien
Dr Gaël DUREL, Co-président de Mcoor

“Le médecin coordonnateur peut jouer un rôle accru en matière de prévention.”
Alors que Mcoor a lancé fin décembre une enquête sur l’expertise gériatrique de proximité, Gaël Durel, son co-président, revient sur la place que pourrait jouer le médecin coordonnateur dans les territoires pour prévenir la perte d’autonomie…

Le Journal du Médecin Coordonnateur : Quelle place du médecin coordonnateur en matière de prévention de la perte d’autonomie ?

Gaël Durel : Les résidents en Ehpad ne sont plus en situation de fragilité. Ils ont déjà perdu une bonne partie de leur autonomie et sont atteints par de multiples pathologies, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus rien à faire. On a encore une vie quand on rentre en Ehpad et il est possible d’agir sur de nombreux leviers pour favoriser la qualité de vie en établissement. C’est tout l’objet de l’Évaluation Gériatrique Standardisée (EGS) que coordonne le médecin coordonnateur et qui suppose une approche pluridisciplinaire dans de nombreux domaines.

Le JMC : Cette fonction est-elle reconnue dans les missions du médecin coordonnateur ?

G.D. : Le décret du 5 juillet faisant évoluer les missions du médecin coordonnateur reconnait cette fonction, en faisant de ce dernier le coordonnateur de l’EGS. L’instruction prévue pour début janvier devait clarifier cette nouvelle mission, mais pour l’instant, elle n’est toujours pas parue.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné
au magazine Le Journal du Médecin Coordonnateur :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés
et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire