Actualités
3 mars 2020

Entretien Delphine Dupré-Levêque

“L’entrée en Ehpad doit s’inscrire dans une forme de continuité…”
L’admission en Ehpad est un moment bien souvent difficile tant pour les futurs résidents, que pour les professionnels. Spécialiste du grand âge et auteure de « Viens chez moi, j’habite dans un Ehpad » Delphine Dupré-Levêque nous décrit les conditions pour que cette étape ne soit plus vécue comme un drame.

Le Journal du Médecin Coordonnateur : « Viens chez moi, j’habite dans un Ehpad » est un livre résolument positif. Qu’est-ce qui vous a conduit à la réalisation de cet ouvrage ?

Delphine Dupré-Levêque : Ces dernières années, les établissements ont été au centre de critiques très injustes dans les médias. Les effets de cet « Ehpad bashing » sont aujourd’hui délétères, non seulement vis-à-vis des équipes, dont l’engagement n’est jamais reconnu, mais aussi à l’égard du grand public, qui perçoit cet univers comme un véritable enfer. L’anxiété est maximale pour les personnes âgées concernées par une entrée. Quant aux familles, l’entrée en établissement de leurs proches est vécu comme un véritable drame. En m’immergeant dans cet environnement, en racontant toute la richesse de ce lieu de vie et de toutes les personnes qui le compose, j’ai souhaité donner une image plus précise de la réalité. Certes, les établissements connaissent certaines difficultés, mais il y aussi une multitude de belles histoires qu’il convient de raconter.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné
au magazine Le Journal du Médecin Coordonnateur :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés
et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire