Actualités
© Gabriel Bourovitch - EHPA Presse

11 juillet 2013

Emplois d’avenir :
DomusVi dégaine le premier

On l’attendait depuis plusieurs semaines, c’est désormais chose faite : DomusVi a signé hier une convention emplois d’avenir avec l’Etat, portant sur l’embauche de 500 jeunes peu qualifiés d’ici fin 2015. Le groupe commercial d’Ehpad en profite pour mettre en avant son engagement sociétal, alors que ses concurrents n’ont pas encore pris position sur le sujet.

Le message tient dans le slogan : « L’entreprise de la première chance ». Celle que DomusVi entend offrir à 500 jeunes de 16 à 30 ans, sous-diplômés et parfois handicapés, en leur proposant des emplois d’ASH, aide cuisinier, aide animateur ou encore hôte d’accueil dans ses quelque 200 établissements. Ces contrats, d’une durée d’au moins 1 an, seront subventionnés par l’Etat à hauteur de 35% du Smic pendant 3 ans.

Le groupe, qui ne cachait pas son intention d’entrer dans le dispositif des emplois d’avenir créé en octobre 2012, a enfin paraphé sa convention le 10 juillet. Le ministre du Travail, Michel Sapin, et la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, Michèle Delaunay, ont fait le déplacement à la résidence du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) pour solenniser ce ralliement à leur « bataille pour l’emploi ».

Habilement, le 2e groupe d’Ehpad privés français s’est bien gardé de revendiquer le titre de « première entreprise à prendre sa chance » concernant les emplois d’avenir dans le secteur médico-social. DomusVi a préféré présenter son engagement comme une « contrepartie » aux 37% de son chiffre d’affaires provenant de financements publics et à la mise en place du crédit d’impôt compétitivité emploi.

Des arguments qui pourraient aussi bien servir aux autres groupes commerciaux d’Ehpad, qui n’ont pas manifesté le même enthousiasme jusqu’à présent. Il faudra pourtant d’autres conventions pour atteindre l’objectif de 1 000 emplois d’avenir avant la fin 2014, pris par le Synerpa lors de son dernier congrès, le 7 juin à Marseille.

Pour Jean-François Vitoux, président du directoire de DomusVi, cet accord avec l’Etat est « une occasion de restaurer le lien de confiance envers les entreprises », qui se sont parfois « un peu trop occupées des actionnaires et pas assez des salariés et de la société qui les environne ». Suivez son regard…

Avec une vingtaine de contrats déjà signés et une dizaine de plus en préparation, le groupe est également confiant en sa propre capacité à créer 500 emplois d’avenir en 30 mois. « Nous considérons que les perspectives de recrutement que nous avons aujourd’hui nous permettent d’en prendre entre 2 et 3 par résidence », a-t-il ajouté en marge du protocole officiel.

Une déclaration qui confortera sans doute Michèle Delaunay, occupée à battre le rappel des troupes dans l’espoir de dépasser le contingent de 12 500 emplois aidés alloué au secteur médico-social. Pour connaître les dernières nouvelles du front, lisez Le Mensuel des Maisons de Retraite de juin-juillet !

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire