Actualités
5 juin 2019

Emmanuel Sys : Le nouveau « boss » de la Conférence des directeurs d’Ehpad publics

Voilà 20 ans qu’Emmanuel Sys est sorti diplômé de l’école de Rennes. Depuis il est une des figures qui comptent dans le secteur public : secrétaire national en charge des D3S au Syncass-CFDT, il a été élu le 22 mai président de la Conférence nationale des Directeurs d’établissements pour personnes âgées et handicapées (Cndepah), fonction qu’il avait déjà occupée de 2009 à 2011. Son objectif : sortir la Conférence de sa relative discrétion au moment même où le secteur public s’interroge sur son avenir. Nous sommes allés l’interroger, lui qui, à la tête de l’hôpital gériatrique de Wasquehal, continue de diriger des Ehpad.

Le Mensuel des Maisons de ­Retraite : Emmanuel Sys, vous venez d’être élu président de la Conférence nationale des directeurs d’établissements pour personnes âgées et personnes handicapées qui représente – comme son nom ne l’indique pas – les directeurs d’établissements publics. Quels objectifs vous fixez-vous dans les mois qui viennent pour donner à cette Conférence la visibilité qu’elle n’a pas forcément depuis des années ?

Emmanuel Sys : La Cndepah reste, c’est vrai, insuffisamment visible. En dépit des efforts de mes prédécesseurs, nous ne sommes pas des interlocuteurs institutionnellement incontournables. Plusieurs enjeux m’apparaissent prioritaires : dans un contexte de réformes, nous voulons peser dans les débats nationaux, influer sur les arbitrages de l’Etat et des collectivités territoriales, être force de propositions. Je pense que nous avons aussi un rôle de pédagogie : faire mieux entendre et comprendre les problématiques des établissements alors même que les réformes qui les traversent sont éminemment complexes pour ne pas dire technocratiques.

Or, la composition plurielle de la Cndepah nous donne toute la légitimité nécessaire pour peser effectivement dans le débat : les collègues y siégeant, dans le cadre de ce nouveau mandat, sont autant des chefs d’établissement autonomes que des adjoints en charge de la filière gériatrique dans des centres hospitaliers.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS
Partager cet article

Retour aux actualités