Actualités
3 janvier 2023

Comment le législateur percevait la prise en charge du vieillissement en 1790

Pour cette fin d’année, l’équipe du MMR a souhaité vous parler de ce qui peut être bien la plus vieille retranscription d’un débat public, au sein du Parlement ou de toute instance démocratique française, sur la question du grand âge. Ce projet de décret de 1790 nous en apprend effectivement plus sur la vision que le législateur d’il y a plus de deux siècles avait du vieillissement de la population et de sa prise en charge.

Une plongée dans les archives nationales, permise grâce à nos confrères du site The Conversation, nous a permis de découvrir un décret de 1790 visant à « poser l’assistance publique aux vieillards ». Celui-ci fut discuté la même année à l’Assemblée nationale constituante, la première instance démocratique française.

On y apprend tout d’abord que les parlementaires de l’époque, confrontés à l’immense précarité des vieillards et à l’absence de prise en compte organisée de la dépendance, souhaitent proposer une réponse articulée entre le soutien à domicile – pour les personnes les plus solvables – et à l’hôpital pour les moins fortunées. Les bases de l’assistance à domicile alors posées, particulièrement en ce qui concerne son financement, sont d’une redoutable actualité puisque les députés partent d’un double constat pour proposer un soutien : la prise en compte des disparités géographiques et la situation physique des personnes concernées.

Pour lire l'intégralité de cet article,vous devez être abonné au magazine Le Mensuel des Maisons de Retraite :
Déjà abonné ? Connectez-vous

Rejoignez la communauté de nos abonnés et retrouvez quotidiennement les actus et le meilleur de l'information du secteur !
ABONNEZ-VOUS

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire