Actualités
18 septembre 2019

Ceux qui savent… savent

On a l’habitude d’entendre les Français s’exprimer sur « le lieu où ils veulent vieillir » (leur domicile généralement). On a moins l’habitude, en revanche, d’entendre l’avis de ceux qui accompagnent un proche en perte d’autonomie et qui savent donc concrètement ce qu’implique de vieillir en étant dépendant. C’est l’idée aussi bonne qu’inédite qu’a eu le Cercle Vulnérabilités & Société de Edouard de Hennezel.

Si l’échantillon constitué pour cette enquête manque quelque peu de représentativité (851 réponses récoltées parmi les bénéficiaires des établissements et services de la Fondation Partage & Vie, d’Adef Résidences, d’AG2R La Mondiale et de Korian), le panel n’en est pas moins original et les résultats obtenus instructifs.

Comment ces aidants perçoivent-ils leur vieillissement lorsqu’ils deviendront eux-mêmes dépendants ? Moins de 30% l’envisagent au sein d’un domicile « classique » et plus de la moitié privilégient des formes organisées et sécurisées, comme l’Ehpad pour 31,9% d’entre eux. Ce public, plus clairvoyant que la majorité des français puisque plus directement confronté au sujet, a donc une vision plutôt positive de l’Ehpad. Plus de 60% d’entre eux évaluent en effet la solution choisie pour leur proche dépendant ( que ce soit le domicile ou l’Ehpad) avec une note supérieure ou égale à 7 sur 10.

Une étude qui tord le cou à l’Ehpad bashing ambiant mais surtout à l’idée selon laquelle l’Ehpad n’a plus d’avenir.

Partager cet article

Retour aux actualités