Actualités
12 juillet 2012

Carsat Rhône-Alpes : la Cnav regrette la méthode

Refuser les nouvelles demandes, c’est la décision drastique qu’a prise la Carsat Rhône Alpes début mai, laissant pantois les services d’aide à domicile, et sans solution les personnes âgées concernées. Lors des 3es Rencontres d’Adesssadomicile, le 29 juin à Toulouse, Albert Lautman, le directeur de l’action sociale de la Cnav, a critiqué cette initiative... tout en la comprenant.

Une décision couperet. Le 1er mai dernier, la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) de Rhônes-Alpes a décidé de refuser systématiquement toutes les nouvelles demandes d’aide à domicile des personnes âgées. La raison ? Une hausse spectaculaire des demandes et une enveloppe contrainte.

La Cnav comprend, mais n’approuve pas. C’est un peu le sens de ce qu’a dit Albert Lautman, le directeur de l’action sociale de la caisse nationale, le 29 juin dernier, devant des adhérents d’Adessadomicile bien remontés. La Cnav comprend parce que « le contexte est complexe. L’évolution de la demande a pris une intensité ces deux dernières années, qu’on n’avait pas vu venir », reconnaît Albert Lautman. Ainsi, la caisse vieillesse a servi 50 000 ressortissants de plus entre 2010 et 2011 – pour atteindre les 400 000. Et en 2012, les demandes ont augmenté de 10% entre janvier et juillet. Dans ce contexte, et bien que les crédits d’action sociale de la Cnav augmentent chaque année, de plus en plus difficile de servir tout le monde… Mais la Cnav n’approuve pas la méthode : « C'est une situation atypique et ce n'est pas du tout cela qu'il aurait fallu faire ; il y a eu un problème de méthode », assène Albert Lautman, qui précise que la caisse nationale vient d’accorder une enveloppe exceptionnelle de 25 millions d'euros à la Carsat « pour permettre de reprendre le dialogue et de revenir sur la mesure annoncée de suspension des premières demandes ». Et le directeur de l’action sociale nationale de conclure : « Tout n'est pas complètement réglé aujourd'hui, c'est regrettable, mais nous parviendront à surmonter cette difficulté. »

Pour en savoir plus, lisez le Journal du Domicile de juin/juillet !
Pour vous abonner, c’est ici.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire