Actualités
7 mai 2015

Alzheimer : c’est pire que ce qu’on pensait

L’organisme de placement Cap Retraite vient de publier une étude édifiante. On y apprend que la maladie d’Alzheimer toucherait 1 million de personnes sur l’ensemble du territoire contre 500 000 diagnostiquées actuellement. Un chiffre d’autant plus inquiétant qu’il risquerait de doubler à l’horizon 2040 pour atteindre 2 millions.

Coup de com’ réussi pour l’organisme de placement Cap Retraite. L’étude qu’il vient de publier révèle en effet un chiffre glaçant. Seule une personne âgée sur deux souffrant de la maladie d’Alzheimer serait diagnostiquée actuellement. Pour parvenir à ces résultats, Cap Retraite a appliqué les résultats de l’étude épidémiologique appelée PAQUID à l’ensemble de la population française pour l’année 2013.

Adapter la prise en charge en Ehpad

D’après l’étude, ce sont les départements urbains qui diagnostiqueraient le mieux : « Les grandes zones urbaines garantissent aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer les meilleures possibilités de diagnostic de la maladie. En PACA, en Ile-de-France, dans le Nord-Pas-de-Calais et en Rhône-Alpes, 1 malade estimé sur 3 serait diagnostiqué. » C’est donc en particulier dans ces régions que devra se développer une offre de maintien à domicile adaptée.

Mais il n’y a pas que la prise en charge à domicile qui devra être adaptée. Les Ehpad aussi seront en première ligne, puisqu’ils devront « augmenter considérablement leur offre de places dédiées aux personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer » mais aussi « développer […] les activités thérapeutiques de jour à destination des résidents souffrant d’Alzheimer, par l’intermédiaire des Pôles d’Activités et de Soins Adaptés (PASA) ». Aujourd’hui, les régions les mieux équipées sont le Nord-Ouest, le Nord-Est, Rhône-Alpes et l’Auvergne. A contrario, les grandes régions urbaines PACA et Ile-de-France devront fournir l’effort le plus soutenu pour garantir un accueil spécialisé en Ehpad pour les malades en stade modéré et sévère.

Pour conclure, si l’étude souligne les progrès accomplis, notamment dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012, elle appelle à renforcer le maillage des réseaux et continuer de sensibiliser l’opinion et les médecins généralistes. Et elle prévient : si les territoires n’anticipent pas suffisamment l’augmentation du nombre de malades d’Alzheimer dans les années à venir, cela risque de se solder par un nombre accru de passages aux urgences.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire