Actualités
© Patrick Dagonnot

3 mars 2020

Agnès Buzyn : Le bilan

Son bilan de Ministre aurait du être dressé bien plus tard. Son départ précipité ne lui permettra pas de mettre la Loi Grand Âge à son crédit. Ce qui donne à son bilan une allure en demi-teinte.

Quand elle arrive Avenue Duquesne en mai 2017, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, ne se doute pas que les Ehpad seront au cœur de son action. Pourquoi ? Tout simplement parce que le programme d’Emmanuel Macron, tout juste élu Président de la République, ne contenait pas un mot sur le vieillissement et la perte d’autonomie et que la lettre de mission que lui adresse le Premier Ministre en plein été 2017 aborde la question du Grand Âge en 6 lignes…

Mais la crise des Ehpad va venir bouleverser ce scénario. Dès l’automne 2017, face à la grève de Foucherans, l’Assemblée Nationale confie à la députée LREM Monique Iborra une mission flash qui, en insistant sur le déficit d’encadrement en personnel soignant dans les Ehpad, va conduire certaines organisations professionnelles à lancer une journée nationale de grève le 30 janvier. Cette journée va connaître un succès médiatique tel que pendant plusieurs jours les radios, télés et éditorialistes de tous poils vont parler Ehpad, vieillissement et financement.

Un charivari médiatique qui va conduire l’Etat à réagir en deux temps : fin mai, Agnès Buzyn annonce un plan d’actions, mélange de nouveautés (la création de 1000 lits post-hospitalisation en Ehpad) et de recyclage de mesures déjà existantes (IDE de nuit). Mi-juin, c’est au tour du Président de la République de lancer l’idée d’une loi. À ce moment, le Grand Âge devient clairement une priorité dans la feuille de route de la Ministre.

Elle va donc lancer la mission Libault qui débouchera fin mars 2019 sur 175 propositions concrètes. Puis elle confie en juillet à l’ancienne ministre Myriam El Khomri une mission sur les métiers du Grand Âge. Dans les deux cas, des travaux pourtant unanimement salués par les professionnels vont faire flop, faute d’un efficace service après-vente. Pas le moindre commencement d’application du rapport Libault. Quant à la mission El Khomri, elle devait immédiatement être suivie par la réunion d’une Conférence Sociale qu’on attend toujours 4 mois après.

Il est vrai qu’à partir de l’été 2019, Agnès Buzyn n’avait pas prévu que la crise de l’hôpital et la gestion de la réforme des retraites emboliseraient à ce point son agenda politique et parlementaire, l’obligeant à délaisser quelque peu le dossier Grand Âge. Elle a toutefois émaillé ces derniers mois de projets ponctuels : relance de la filière Silver Economie en octobre 2018, plan Aidants en octobre 2019, PLFSS assez ambitieux à l’automne 2019, plan Prévention en janvier 2020, annonce d’un Laboratoire de l’Ehpad du futur, sans compter enfin l’annonce à quelques jours de son départ de la suppression du concours d’aides soignants.

C’est donc un bilan en demi-teinte qu’elle laisse dans le domaine du vieillissement et des Ehpad après 34 mois passés. Une empathie certaine, de bonnes relations avec les professionnels, quelques avancées ponctuelles mais un bilan plombé par l’essentiel : l’absence d’un début de commencement de projet de loi. Ce qui mécaniquement alourdi plus encore l’attente qui pèse désormais sur les épaules d’Olivier Véran.


Agnès Buzyn aux Assises Nationales des Ehpad, le 12 mars 2019 © Patrick Dagonnot

Agnès Buzyn et le Mensuel

Le Mensuel en a croisé des Ministres depuis sa création. 15 désormais au total. On ne cachera pas ici que nos relations avec Agnès Buzyn furent d’une fluidité rarement égalée. Elle aimait notre journal qu’elle lisait autant que possible. Elle a assisté en novembre 2017 au 20ème anniversaire du journal. Et, au moment où sa présence était rare, elle a choisi en 2018 comme en 2019 d’intervenir lors de nos Assises Nationales des Ehpad à la Maison de la Chimie. Dès lors, au-delà même de son bilan, le Mensuel se souviendra de son passage avec nostalgie.

Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire