Actualités
10 mars 2020

Actus dom’ – Data dom’ – C’est dit

paru dans Le Journal du Domicile

Les news de Mars/Avril 2020 analysées par nos soins

ACTUS DOM’

Le grand âge : c’est la vie !

C’est une campagne de communication qui vise à répondre à l’EHPAD bashing, mais pas seulement, puisque l’ensemble des métiers du grand âge sont concernés y compris ceux du domicile donc. Elle vise aussi à relancer l’attractivité de la filière et résoudre cet apparent paradoxe : pour 92% des Français selon un sondage IFOP du 7 janvier 2020, ce sont des métiers d’avenir mais, en même temps, ils attirent peu de candidats.

Le collectif « Les métiers du grand âge », fondé pour l’occasion et rassemblant du commercial et de l’associatif, mène cette campagne. Elle commence par la diffusion d’une série de cinq vidéos de 8 mn en mode reportage au plus proche des personnes âgées et de leurs accompagnants, afin d’appréhender au mieux la réalité du travail et sa valeur.

Une démarche qui se veut également à vocation pédagogique pour le secteur dont elle souhaite faire progresser les pratiques professionnelles. Le tout dans la durée, puisque le plan de communication s’étale sur 3 ans. Il correspond en cela à l’objectif 11 du rapport El-Khomri « Changer l’image des métiers de l’accompagnement », même si on attend toujours l’implication active des pouvoirs publics dans ce type de démarche.

https://cestlavie.fr/


D’Adessadomicile à Adedom

C’est officiel depuis le 1er janvier 2020, Adessadomicile s’appelle désormais Adedom. A peine une dizaine d’années pour s’habituer au nom Adessadomcile, suite à la fusion en 2009 des fédérations Adessa et A Domicile, qu’il va falloir désormais mémoriser Adedom, jugé plus percutant, pour désigner la troisième fédération associative d’aide à domicile, avec 400 associations et 40 000 salariés.

 


De la rémunération des proches aidants

C’est le fruit d’un travail de recherche de 4 ans dans le cadre d’un partenariat CNSA – CNAM. Publié fin 2019 et présenté début 2020, il porte précisément sur la monétarisation de l’aide consentie par des proches à une personne en situation de handicap ou une personne âgée en perte d’autonomie dans le cadre de l’APA et de la PCH. On apprend notamment dans ces 400 pages qu’environ 747 000 personnes seraient rémunérées ou dédommagées en France pour l’aide consentie à un proche.

Une possibilité ouverte dès la loi de 1975 et valable aujourd’hui surtout au titre de la PCH : les proches aidants perçoivent 60% du total de son montant national. Réalité moins marquée pour l’APA. Mais la rémunération de l’aidant a aussi des dimensions psychologiques et sociales. L’étude révèle par exemple l’existence d’une critique éthique de la rémunération des aidants car elle pourrait altérer les relations familiales.

Elle explique également que la rémunération des aidants est corrélée au temps consacré à cette activité, à la diversité des tâches accomplies et à l’apprentissage des gestes techniques. En d’autres termes, le proche aidant rémunéré se professionnalise, même si en termes de reconnaissance et de statut du chemin reste à parcourir.

https://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/quelle-remuneration-et-quel-statut-pour-les-proches-aidants-de-personnes-en-perte-dautonomie-ou-en-situation-de-handicap


Data dom’
3%
le chiffre du mois :

C’est l’augmentation maximum autorisée en 2020 du tarif des SAAD non habilités, plus de 2 fois supérieur au taux de l’an passé (1,42%). Une augmentation qui ne règle certes pas le financement des SAAD, ce n’est d’ailleurs pas son objet, mais qui lève une contrainte et est donc susceptible d’apporter une bouffée d’air aux opérateurs.

Une mesure accueillie favorablement par les acteurs du secteur. Les fédérations priofessionnelle,s telles Fedesap qui parle de « cheval de bataille » concernant ce taux qui «  tient compte sur cet exercice d’un certain nombre de demandes de la fédération répétées depuis plusieurs années ». Seule Adedom (ex-Adessadomicile donc) qui parle d’une mesure en trompe-l’œil  « qui ne répond en rien à l’attente des bénéficiaires, des professionnels et des employeurs ! »


C’est dit

« Je crois profondément à la démocratie sociale qui chemine parallèlement à la démocratie parlementaire »

Olivier Veran, Ministre des Solidarités et de la Santé, le 19 février 2020 sur Public Sénat.

En espérant que cette méthode soit promptement appliquée pour élaborer la Loi sur le Grand Âge et l’autonomie.

 


À LIRE AUSSI
Partager cet article

Retour aux actualités


Commentaires

Vous devez être identifié pour pouvoir lire ou écrire un commentaire