Actualités
28 décembre 2018

Actus dom’ – Data dom’ – C’est dit

paru dans Le Journal du Domicile

Les news du mois analysées par nos soins

ACTUS DOM’

Les retraités sauvés par les gilets jaunes

C’est une des mesures d’urgences prises par le gouvernement pour tenter d’éteindre l’incendie des gilets jaunes : la hausse de 1,7 point de la CSG au 1er janvier 2019 pour les retraités dont les revenus de pensions sont inférieurs à 2 000 € nets mensuels (pour une personne seule sans autre source de revenus) n’aura pas lieu. Une petite bouffée d’air pour des retraités modestes étranglés financièrement et dont la voix portait visiblement moins que celles des gilets jaunes, qui, quoique l’on pense du mouvement, aura au moins eu le mérite de déclencher ce coup de pouce pour les retraités, en plus de trois autres mesures concernant les bas salaires.

http://www.senat.fr/les_actus_en_detail/article/urgence-economiques-et-sociales.html

 

OPCOnsensuel ?

La réforme de la formation l’a voulu ainsi, et plus précisément l’article 39 du projet de loi pour “la liberté de choisir son avenir professionnel”, au nom de la simplification, on passe de l’OPCA à l’OPCO. Mais on acte surtout de changements plus impactant que le nom. Déjà, les OPCO ne seront plus collecteurs des fonds de formation, c’est l’URSSAF qui le sera. Ils seront chargés de définir les besoins et les axes de formation. Autre changement et pas des moindres, la rétribution des cotisations formation n’est plus automatique, c’est France Compétences, l’entité créée ad hoc qui en décidera. Avec de surcroît une priorité donnée aux demandeurs d’emplois, ce qui est certes louable, mais risque évidemment d’affaiblir la formation des salariés en poste.

Autre casse-tête, comment passer de 20 OPCA à 11 OPCO ? En simplifiant certes, mais qui relève de quoi ? L’USB domicile qui représente la partie associative du secteur, après avoir milité en vain avec douze autres organisations pour un OPCO unique Cohésion sociale, Santé, Autonomie, s’est finalement rallié majoritairement à l’OPCO cohésion sociale. Côté entreprises de services à la personne, c’est l’OPCO services de proximité qui a été choisi, majoritairement là encore, mais pas unanimement. Conclusion : outre le fait que l’impossibilité d’obtenir un consensus est révélateur des interrogations demeurantes, pour l’homogénéisation du système de formation des professionnels de l’aide à domicile, il faudra attendre la prochaine réforme.

 

Domicile et handicap font bon ménage

Adessadomicile et UNA ont signé une convention avec l’AGEFIPH pour favoriser le recrutement, la santé au travail et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. On savait les SAAD de plus en plus mobilisés auprès des personnes handicapées en tant que bénéficiaires, mais l’originalité ici, est de s’intéresser à la personne handicapée comme salariée. Non pas que les SAAD ne le fassent pas au quotidien, mais là, l’initiative est partenariale et formalisée. Elle porte sur 4 axes : mobilisation et sensibilisation pour inciter les SAAD à développer une culture du handicap, formation en développant les compétences des associations sur le thème du handicap, production d’outils et de ressources. Valable pour trois ans, c’est surtout sur ces résultats que cette convention sera évaluée et pourquoi pas étendue à d’autres fédérations.

 


Data dom’

le chiffre du mois :

C’est le taux d’augmentation maximum prévu pour l’année 2019 pour les tarifs des SAAD, contre 1,9% en 2018. Pas une bonne nouvelle dans un contexte où on explique que tant la réponse aux besoins des personnes âgées que la professionnalisation sont d’impérieuses nécessités et qu’elles ont fatalement un coût.

Pis encore, comme le SMIC va augmenter de 1,5% au 1er janvier 2019, il sera impossible de répercuter la hausse correspondante et donc les SAAD devront soit faire des économies sur d’autres postes, soit baisser encore leurs marges, soit les deux à la fois. Deux mois après que l’imbroglio de la compensation du CICE ait été résolu, c’est la rechute. Ce qui a été acquis de haute lutte d’un côté est repris de l’autre, sauf à ce que ce soit autre chose qui soit arrêté dans les jours qui viennent…

 

 


C’est dit

«  La Commission paritaire régionale de l’emploi réfléchit à être plus proche des jeunes et plus présente sur les réseaux sociaux, parce qu’il faut aller chercher les jeunes là où ils sont et on sait bien que c’est plus sur les réseaux sociaux que dans les petites annonces du Monde. »

Marie-Thérèse NEMROD-BONNAL, présidente de la Fédération ADMR du Vaucluse, lors de nos assises régionales de PACA, le 11 décembre dernier.


À LIRE AUSSI
Partager cet article

Retour aux actualités